Le récit de l'intervention de 2011 en Libye

Captures d'articles objectifs sur la Libye
L'accusation actuelle "La Libye c'est la faute à Sarko" est totalement infondée et mensongère et n'a que pour seul objectif de masquer le manque de suivi par le gouvernement actuel.

"Hollande tacle Sarkozy "

Cette posture adoptée par un président en recherche permanente de boucs émissaires est à la fois simple, grossière et mensongère. Simple parce que le "c'est la faute à Sarkozy" est l'unique excuse utilisée par François Hollande pour justifier ses résultats médiocres. Après 3 années au pouvoir, il va peut être falloir commencer à trouver autre chose. Grossière, ensuite, car comme nous venons de le voir supra, l'intervention en Libye n'a pas été un caprice de Sarkozy mais a résulté d'une concertation internationale (conférence de Paris), sous mandat des Nations Unis avec l'accord à deux reprises du Parlement français, une collaboration très étroite avec les représentant du CNT libyen et le Premier Ministre britannique David Cameron.

La faute à qui alors ?

Au manque terrible de suivi et de soutien de la France d'après juillet 2012, aux autorité libyennes démocratiques.

"Des élections générales ont eu lieu en juillet 2012, les modérés l’ont emporté. J’ai quitté l’Elysée en mai 2012. Qu’est-ce qui s’est passé après ? On a laissé tomber la Libye.

Qui on ?
La communauté internationale avec au premier rang la France et M. Hollande. Il fallait organiser l’armée libyenne, la police. Rien n’a été fait. Pourquoi ? Uniquement parce que c’est moi qui suis intervenu. C’est la réalité."

Nicolas Sarkozy face aux lecteurs du Parisien, 17 septembre 2015